Ce que peut faire le transport pour l’environnement

Le transport figure aujourd’hui parmi les secteurs qui causent le plus de dommages à l’environnement. Les véhicules motorisés (quel qu’en soit le genre) contribuent à polluer l’air et l’environnement dans lequel nous vivons. Les gaz à effet de serre qu’ils émettent sont en effet nuisibles pour notre atmosphère, mais aussi pour notre santé. Cependant, comme le transport est indissociable au mode de vie contemporain, on ne peut pas s’en défaire complètement. Par contre, cela ne veut pas dire que l’on ne peut plus rien faire. Il existe toujours des actions que l’on peut faire et dans ce cas-ci, c’est de limiter, voire éliminer les conséquences destructrices du transport sur l’environnement. Pour ce faire, voici quelques perspectives envisageables :

Privilégier le transport en commun pour un environnement sain et durable

Les constructions routières, l’émission de gaz à effet de serre par les différents véhicules, la construction de véhicules, etc. ce sont là autant de causes qui favorisent de nos jours la destruction de l’environnement. En effet, presque tous les domaines liés au secteur transport sont dénoncés. Néanmoins, pour éviter le développement de tels faits et activités, il existe des solutions simples, mais efficaces : c’est de privilégier le transport public, utiliser des vélos et favoriser la marche. En d’autres termes, il convient d’éviter à mesure du possible l’usage des voitures individuelles.

Effectivement, le transport en commun constitue une excellente solution pour développer la mobilité durable. Il permet de réduire et de limiter les émissions de gaz à effet de serre et favorise également la lutte contre les pollutions et les nuisances diverses. Et ce n’est pas tout, prendre le transport public peut aussi être bon pour la santé. En effet, en réduisant le volume de circulation automobile dans une ville, on la rend plus respirable et moins polluée. Ce qui ne pourra qu’améliorer l’état de santé de la population qui l’habite. Enfin, le transport en commun favorise aussi l’activité physique. En diminuant l’usage des véhicules motorisés individuels, on augmente la fréquence de nos activités physiques (vélo, marche, patins, etc.).

Bref, le développement du transport public (train, bus, etc.) est une perspective forte intéressante que les autorités doivent explorer pour améliorer la politique de lutte contre la dégradation de l’environnement.

bus-77188_1920

L’écoconduite : un éco-geste facile à adopter pour tous conducteurs

Une autre perspective qui est de plus en plus pratiquée dans les entreprises : l’écoconduite. Il s’agit d’une manière de conduire qui est à la fois très économique et respectueuse de l’environnement. En effet, grâce à l’écoconduite, on peut économiser des litres de carburant tout en préservant l’environnement. Grâce à toutes ces qualités, cette manière de conduite automobile est aujourd’hui très diffusée dans les différentes entreprises, surtout celles qui sont liées aux services de transport.

Pour passer à l’écoconduite, le respect de 5 règles fondamentales suivantes est nécessaire :

  • Changement des rapports à bas régime moteur ;
  • Maintien d’une vitesse stable ;
  • Utilisation d’un régime moteur très bas ;
  • Anticipation du trafic ;
  • Entretien régulier du véhicule.

L’adoption de l’écoconduite est recommandée pour tous conducteurs de véhicules motorisés afin de limiter à la mesure du possible la dégradation de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.